free web stats

Archives mensuelles: avril 2015

La chute des taux d’emprunt, un bon point pour l’immobilier

Lorsqu’on parle de crédit immobilier, on pense immédiatement à la baisse constante du taux d’emprunt depuis janvier 2015. On est donc loin de la stabilité anticipée à fin 2014, car il a atteint son niveau le plus bas : 2,21 % en moyenne à fin février selon le baromètre de l'Observatoire Crédit Logement-CSA.

Le marché immobilier a le vent en poupe !

Grâce au crédit bon marché, les ventes affichent des résultats constants très satisfaisants. Depuis trois ans, elles se maintiennent largement au-dessus de 700.000 transactions sans compter la baisse des prix de 18 % sur la période.  Une aubaine donc pour les acheteurs, mais également pour les courtiers qui en profitent pour développer leur activité. Certes, on est loin des niveaux enregistrés d'avant-crise, mais la baisse des taux d'emprunt a réellement boosté le marché immobilier.

En parallèle, avec les prix qui se tassent sans que ceux-ci chutent, les opérations d’achats et de revente en ont largement profité. Il en va de même pour les vendeurs qui ont pu obtenir de bonnes conditions financières et en même temps réaliser une plus-value immobilière.

 

Mais la baisse des taux pourrait finir par jouer contre le marché immobilier…

Si pour certains, cette baisse continue du taux d’emprunt offre de nombreuses opportunités, pour d’autres, elle est encore loin d’être leur principale solution pour devenir acquéreur. La majorité des jeunes qui achètent pour la première fois par exemple ne figurent pas parmi les priorités des banques.  Ces institutions financières ont de plus en plus étendu la durée de leur prêt certes. Mais pour elles, cette catégorie de clientèle n’a pas encore une situation stable pour réellement pouvoir s’acheter un bien immobilier. Ces jeunes accumulent effectivement les CDD plutôt que les CDI, ce qui n’est pas vu d’un très bon œil par les banques.

En même temps, le nombre de transactions ne retrouve pas ses niveaux d'avant-crise, car plus les taux chutent, plus la rentabilité diminue. Par conséquent, certaines banques pourraient envisager de moins prêter à l’avenir si le crédit est trop bon marché. Pour elles, les prêts aux clients à qui elles pourront proposer davantage de services feront de plus en plus partie de leurs priorités.

Zurich et Genève, désormais des villes hors de prix

Depuis que la Banque Nationale suisse (BNS) a abandonné le taux plancher franc-euro le 15 janvier dernier, les villes de Zurich et Genève sont désormais devenues les plus chères au monde.   Zurich et Genève, respectivement à la 1ère et 2ème place, ont littéralement détrôné Singapour d’après le classement bisannuel de The Economist, l'hebdomadaire britannique.…
lire la suite

Paris réclame à d’anciens frontaliers retraités une taxe sur les pensions suisses

Au siège du comité de défense des travailleurs frontaliers (CDTF), c’est l’effervescence. Pour cause, le fisc français taxe les retraites suisses des anciens frontaliers versées en 2012 et 2013.

 

Taxation de 10 %  sur les retraites versées aux frontaliers !

Depuis avril 2014, le fisc français a envoyé à 10 % d’anciens frontaliers une proposition de rectification concernant les pensions suisses. Il réclame le versement rétroactif de la CSG/CRDS sur les retraites touchées de Suisse en 2012 et 2013.

 

Une mesure conforme au droit européen

Chez certains retraités, la somme à verser atteint pourtant plusieurs milliers d’euros. Pire encore, cette taxe sociale toucherait même les héritiers de frontaliers aujourd'hui décédés, ce qui a provoqué une vive réaction chez le comité de défense des travailleurs frontaliers (CDTF). Ce dernier n’a d’ailleurs pas hésité à déposer un recours à Bruxelles. Pour lui, cette nouvelle mesure ne respecterait pas le droit européen.

La CSG et la CRDS pour les travailleurs frontaliers français

La libre circulation au sein de l’Union européenne permet à chacun de travailler dans un autre pays que son État de résidence comme les frontaliers qui travaillent au Luxembourg ou en Suisse. Dans ce cas, le pays de résidence demande que le travailleur paie ses cotisations sociales, notamment la CSG et la CRDS alors qu’il…
lire la suite