free web stats

Archives de la catégorie: Financement immobilier

Prêt immobilier : profitez des taux historiquement bas

Les taux de crédit immobilier ont atteint leurs plus bas historiques en mai 2016 depuis 70 ans en descendant sous la barre des 2% sur 20ans en euros et 1,05% sur 20ans en franc suisse. Une excellente nouvelle pour les aspirants aux nouveaux projets, mais également à ceux qui ont déjà souscrit un prêt immobilier grâce à la renégociation.
lire la suite

Prêts en francs suisses : BNP Paribas inculpée pour pratique commerciale trompeuse

BNP Paribas est de nouveau face à la justice. Et pour cause, 4655 de ses clients ont emprunté des crédits toxiques en francs suisses depuis 2008.

Entre mars 2008 et décembre 2009, BNP Paribas Personal Finance (BNP Paribas PF) a proposé à ses clients des prêts immobiliers Helvet Immo. Ce produit financier était accordé en francs suisses et devait être remboursé en euros. Pourtant, ces emprunteurs n’ont depuis cessé de rembourser un capital de plus en plus important avec l'évolution du cours du franc suisse par rapport à l'euro. Résultat : le parti civil de 549 clients a porté l’affaire devant le juge d’instruction pour dénoncer le manque d’informations de cette pratique commerciale qu’ils estiment trompeuse.

Un prêt immobilier aux apparences trompeuses

Au départ, ce produit financier visait à financer l'acquisition d'un logement locatif suivant la « loi Scellier », issue de la réforme de la loi Robien. Pour séduire davantage les emprunteurs, ses taux d’intérêt étaient avantageux avec la monnaie suisse. Le revers de la médaille ? Ce prêt en devise engendrait des remboursements qui dépendaient principalement du rythme des fluctuations sur le marché des changes. Pourtant l’euro s’est déprécié par rapport au franc suisse, mettant ainsi en grande difficulté les emprunteurs.

Ces derniers ne sont donc pas restés les bras croisés face à cette situation puisqu’ils accusent en parallèle les notaires. Les IOB ou intermédiaires en opération de banque qui ont directement travaillé avec BNP Paribas ont également fait l’objet d’une plainte vu qu’ils se sont chargés de convaincre les clients à contracter le prêt immobilier Helvet Immo.

Un même cas en 2014…

Ce n’est pourtant pas la première fois que la banque est mise en examen à cause d’un autre de ses produits financiers. Une filiale de BNP Paribas a effectivement déjà été poursuivie par 400 emprunteurs environ en mars 2014. Ils ont dénoncé la hausse importante du montant du capital restant dû en euros des prêts immobiliers en francs suisses, au même rythme de la dévaluation de l’euro. En guise de dédommagement, ils n’ont pas hésité à réclamer 40 millions d’euros.

Conclusion

Pour ne pas se retrouver dans une mauvaise situations , mieux vaut toujours passer par un courtier immobilier spécialisé en prêt immobilier pour frontalier. Seuls ces professionnels proposent un conseil neutre et personnalisé notamment pour ce genre de prêt complexe. Leur compétence technique ainsi que leur connaissance des politiques de financement des banques et de leurs pratiques tarifaires permettent de profiter d’un produit financier.

 

La chute des taux d’emprunt, un bon point pour l’immobilier

Lorsqu’on parle de crédit immobilier, on pense immédiatement à la baisse constante du taux d’emprunt depuis janvier 2015. On est donc loin de la stabilité anticipée à fin 2014, car il a atteint son niveau le plus bas : 2,21 % en moyenne à fin février selon le baromètre de l'Observatoire Crédit Logement-CSA.

Le marché immobilier a le vent en poupe !

Grâce au crédit bon marché, les ventes affichent des résultats constants très satisfaisants. Depuis trois ans, elles se maintiennent largement au-dessus de 700.000 transactions sans compter la baisse des prix de 18 % sur la période.  Une aubaine donc pour les acheteurs, mais également pour les courtiers qui en profitent pour développer leur activité. Certes, on est loin des niveaux enregistrés d'avant-crise, mais la baisse des taux d'emprunt a réellement boosté le marché immobilier.

En parallèle, avec les prix qui se tassent sans que ceux-ci chutent, les opérations d’achats et de revente en ont largement profité. Il en va de même pour les vendeurs qui ont pu obtenir de bonnes conditions financières et en même temps réaliser une plus-value immobilière.

 

Mais la baisse des taux pourrait finir par jouer contre le marché immobilier…

Si pour certains, cette baisse continue du taux d’emprunt offre de nombreuses opportunités, pour d’autres, elle est encore loin d’être leur principale solution pour devenir acquéreur. La majorité des jeunes qui achètent pour la première fois par exemple ne figurent pas parmi les priorités des banques.  Ces institutions financières ont de plus en plus étendu la durée de leur prêt certes. Mais pour elles, cette catégorie de clientèle n’a pas encore une situation stable pour réellement pouvoir s’acheter un bien immobilier. Ces jeunes accumulent effectivement les CDD plutôt que les CDI, ce qui n’est pas vu d’un très bon œil par les banques.

En même temps, le nombre de transactions ne retrouve pas ses niveaux d'avant-crise, car plus les taux chutent, plus la rentabilité diminue. Par conséquent, certaines banques pourraient envisager de moins prêter à l’avenir si le crédit est trop bon marché. Pour elles, les prêts aux clients à qui elles pourront proposer davantage de services feront de plus en plus partie de leurs priorités.