free web stats

Aix-les-Bains et Chambéry attirent de plus en plus les travailleurs frontaliers

7 000 à 10 000 travailleurs frontaliers en seulement 3 ans sur la préfecture de Haute-Savoie, les chiffres parlent d’eux-mêmes. Et depuis 2010, les départements d’Aix-les-Bains et Chambéry en particulier sont de plus en plus concernés par le travail frontalier.

 

Les chiffres explosent en seulement quelques années

À la fin de 2013, les travailleurs frontaliers sont de plus en plus nombreux à chercher une situation professionnelle stable qu’en France. 86 896 travaillent effectivement dans le canton de Genève, dont 810 Savoyards. Parmi cet ensemble, 712 sont des travailleurs frontaliers dans la zone urbaine des Pays de Savoie incluant Aix-les-Bains et Chambéry. Entre 2010 et 2013, le nombre de travailleurs frontaliers qui vivent à Aix-les-Bains et Chambéry a quasiment doublé. Et en 2015, ces chiffres ont encore nettement évolué.

Même constat sur la préfecture de Haute-Savoie, car ils sont passés de 7 000 à 10 000 en seulement 3 ans. D’après le Groupement transfrontalier européen, l’éloignement n’est plus un frein ce qui explique cette constante évolution, comme à Annecy. Les abords de la frontière franco-suisse sont d’ailleurs aujourd’hui complètement saturés du fait de cet engouement. En parallèle, plusieurs routes ont été construites et améliorées. Résultat : les prix du logement ont également augmenté aujourd’hui, y compris en Savoie.

 

Gros coup de pouce des infrastructures routières et de la conjoncture économique

Grâce à la ligne directe Aix-Genève ainsi qu’à l’autoroute qui relie Aix à Genève en 51 minutes (pour 70 km), il est désormais plus facile de travailler en Suisse. Les chiffres le démontrent d’ailleurs. Avant 2007, il n’y avait encore aucun travailleur frontalier sur le seul arrondissement aixo-chambérien qui évoluait dans le canton de Genève. C’est à partir de 2010 que tout va basculer puisqu’ils seront 344, puis 442 en 2011 et 712 en fin 2013. Même avec la distance notable, les travailleurs frontaliers ne se dirigent plus vers Annecy comme autrefois. Ils n’hésitent plus à s’éloigner davantage et à choisir Aix-les-Bains et Chambéry.

Les infrastructures routières n’ont pas été la seule cause de ce changement. Depuis quelques années, d’autres portes se sont ouvertes notamment grâce à la conjoncture économique en France selon la directrice du Groupement Guylaine, Riondel-Besson. Plutôt défavorable, cette situation a poussé les gens à postuler en Suisse, puis à s’installer à Annecy. Petit à petit, Aix-les-Bains et Chambéry ont été prisés en partie à cause de la pénurie de locations en Haute-Savoie notamment à Annecy, Thonon et Annemasse.

Si vous même vous résidez à plus de 20km de la frontière vous pouvez bénéficiez du statut quasi-résident 

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire